Manar

11 septembre 2017

C'st juste impossible

Je croyais t'avoir oublié, pourquoi t'es encore dans ma tête ? Tant de mois sont passés, tu m'as tellement dégouté, pourtant mon cœur continu de t'aimer. Certes je ne te porte plus autant d'amour qu'auparavant, mais tu as toujours ta petite place au fond de moi. J'ai du mal à me l'avouer, je n'ai plus aucune de tes nouvelles, tu vis très bien ta vie et moi je fais comme je peux dans la mienne, mais à toi je continue de penser. J'ai beau avoir essayé de passer à autre chose, de construire une nouvelle histoire, rien ne me donne envie de m'engager, les autres ne m'intéressent pas. Ils n'ont pas ce que tu avais, ils ne sont pas toi et ne le seront jamais, quand bien même je voulais te remplacer...

pref_key_appearance_conversation_background

Posté par Lafemmedupatron à 01:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]


La rupture

Ce message que tu m'as envoyé, qui annonçait indirectement notre fin, m'a achevé. J'essaye d'oublier ce passage de ma vie, en vain. Comment oublier quelqu'un qui t'a fait souffrir ? Quelqu'un qui t'a fait espérer pour te jeter ensuite ? Quelqu'un qui devant tes yeux a refait sa vie ? Tu ne t'imagines même pas l'effet que ça m'a fait de te voir dans ses bras. Je me disais "alors ça y est, il ne veut plus de moi, tout ça pour ça, pour elle". Mon amour ne te suffisait donc pas ? Et malgré tout ça, j'ai continué à t'attendre, inconsciemment, mais tu n'es jamais revenu. Tu m'as laissé perdu, pendant que tu passais du bon temps. Alors rappelle-toi à présent, qu'un jour tu as blessé une femme au plus profond de son âme. Que ces blessures sont insoignables, qu'elles resteront gravées sur sa peau, l'empêchant d'en aimer pleinement un autre...

2017-08-31-18-15-46-759

Posté par Lafemmedupatron à 01:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2017

C'est impossible

Ils me disent tous de t'oublier tu sais, ils me disent aussi que tu n'en vaut pas la peine, et que tu n'es pas un homme fait pour moi. Ces paroles j'y ai cru parfois, lorsque venait me prendre le désespoir, fatiguée de l'importance que tu ne m'accordais pas. Mais tu reviens vite à la charge, comme pour me dire "je suis toujours là". Eux ne voient pas tout ça, ces petites attentions que tu as envers moi, loin des yeux indiscrets. Alors je me rassure en me disant que d'où tu es, tu as eu une petite pensée pour moi. Mais quand est-ce que tu m'appartiendras ? Que tu prendras enfin place à mes côtés et ce jusqu'à ce que la mort nous sépare ? Je suis capable d'attendre, peu importe combien de temps. Mais ce qui me fait peur c'est d'attendre pour rien, dans le vent, qu'au final pour une autre tu aies des sentiments. J'espère que tu comptes faire les choses bien, je ne suis pas ces filles que tu as connu auparavant. J'ai le cœur fragile quand bien même je fais croire le contraire, surtout lorsqu'il s'agit de toi je deviens totalement faible...

Posté par Lafemmedupatron à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ma fierté

T'attends tellement de choses de moi, des choses dont je suis pour l'instant incapable. Je sais que t'as besoin d'être rassuré, que je te montre l'amour que je te porte, que je fasse des efforts pour que tu te sentes aimé. Si je n'y arrive pas, ce n'est pas seulement par fierté. En fait chaque fois que je veux me lancer, quelque chose me freine. J'ai peur, je suis terrorisée à l'idée que tu t'en ailles, juste après que je t'ouvre mon cœur. Vous les hommes vous êtes comme ça n'est-ce pas ? Vous fuyez dès qu'une femme s'attache à vous et qu'elle vous le dit. Je veux éviter ça, la vérité c'est que te voir partir me serai insupportable. Je suis si heureuse d'être tombée sur quelqu'un comme toi, que je souhaite du plus profond de mon âme te garder le plus longtemps possible à mes côtés. Il est vrai que je m'y prends mal, mais je t'en prie tu dois me comprendre. Laisse-moi du temps, tu verras, un jour je mettrais des mots sur ce que je ressens, et tu ne regretteras pas d'avoir été patient

Posté par Lafemmedupatron à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ma fierté

T'attends tellement de choses de moi, des choses dont je suis pour l'instant incapable. Je sais que t'as besoin d'être rassuré, que je te montre l'amour que je te porte, que je fasse des efforts pour que tu te sentes aimé. Si je n'y arrive pas, ce n'est pas seulement par fierté. En fait chaque fois que je veux me lancer, quelque chose me freine. J'ai peur, je suis terrorisée à l'idée que tu t'en ailles, juste après que je t'ouvre mon cœur. Vous les hommes vous êtes comme ça n'est-ce pas ? Vous fuyez dès qu'une femme s'attache à vous et qu'elle vous le dit. Je veux éviter ça, la vérité c'est que te voir partir me serai insupportable. Je suis si heureuse d'être tombée sur quelqu'un comme toi, que je souhaite du plus profond de mon âme te garder le plus longtemps possible à mes côtés. Il est vrai que je m'y prends mal, mais je t'en prie tu dois me comprendre. Laisse-moi du temps, tu verras, un jour je mettrais des mots sur ce que je ressens, et tu ne regretteras pas d'avoir été patient

Posté par Lafemmedupatron à 20:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Un cœur faible

Je déteste cette sensation d'être attachée comme ça, je dirai même cette sensation d'être amoureuse. Tout me ramène à toi, tu m'as rendu aveugle. Je considère les sentiments comme une faiblesse, et jusqu'ici j'ai toujours réussi à m'en éloigner. Puis t'es entré dans ma vie, et t'as réussi là où tous les autres ont échoué. Jamais personne n'a eu une si grande emprise sur moi, tu contrôles mes émotions en un claquement de doigts. Ça me fait peur tu sais, car étant acquise à n'importe quel moment tu peux partir, et pour supporter ça je ne suis pas prête. J'ai besoin de m'éloigner de toi, pour me libérer de cette emprise, mais c'est juste impossible. Je suis face à un obstacle, je dirai même que je suis condamnée à vivre avec ce poids

Posté par Lafemmedupatron à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Je ne vais jamais oubliée.

Je me rappelle de ce soir comme si c'était hier, pourtant celui-ci remonte à l'année dernière. On se connaissait depuis quelques temps déjà, mais on n'avait encore jamais dépassé ce fameux "stade". Nous étions tous les deux très fières et pudiques lorsqu'il s'agissait de sentiments. Mais quand les mots manquent, le cœur vient apporter son aide. Et quand le soleil se couche, il n'y a plus de limites à l'amour. Alors on a laissé nos cœurs parler, nos cœurs s'ouvrir l'un à l'autre, comme ils ne l'avaient jamais fait auparavant. J'ai découvert des choses que je n'aurai jamais pensées, apparemment ce que je ressentais était réciproque. On se plaisait, on se l’est dit, sans penser à ce qui allait arriver par la suite. Mais si j'avais su, j'aurai évité tout ça dès le début. Je croyais que ces révélations allaient débloquer notre situation, mais elles n'ont fait que me jeter dans un tourbillon sans fin. Dès le lendemain, tu m'as fait regretter la veille. Tu as disparu sans me laisser de nouvelles. Tu es revenu quelques temps plus tard, puis tu as reproduis le même scénario pendant des mois. La vérité c'est que t'en aimais une autre, et que tu te réconfortais vers moi quand ça n'allait pas. C'était trop beau pour être vrai, toutes ces paroles que tu m'as débité ce soir-là, n'étaient qu'illusion, n'étaient que mensonges. À tes côtés je croyais trouver la sérénité et le bonheur, mais tu n'as fait que me briser le cœur. Tu m'as torturé émotionnellement, et j'ai du mal à m'en remettre aujourd'hui encore. Oui, 1 an plus tard j'y repense, tu as beaucoup trop impacté ma vie pour que je puisse t'oublier si facilement. Et c'est bizarre, mais j'arrive tout de même à être nostalgique. Parce que même si tu n'en pensais pas un mot, ce que tu m'as dit ce soir-là, c'était quand même beau...

Posté par Lafemmedupatron à 20:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'amour qui tue

Je ne connaissais rien à l'amour moi, j'étais une gamine, je me suis lancée sans réfléchir, pensant vivre une belle histoire. Si seulement tu avais vu à quel point mes yeux brillaient, à quoi point je tremblais d'amour pour toi, c'est fou mais t'étais omniprésent dans ma tête. J'ai rarement vu quelqu'un aimer comme ça, avec cette innocence et cette liberté. Je n'avais aucune envie de me contrôler, j'avais seulement envie de t'aimer. J'avais confiance en toi, j'étais aveuglée par ton visage. Tu ne pouvais pas me faire souffrir, c'était impossible, tu semblais si parfait, t'étais mon idéal. Ça en devenait irréel, j'aurai dû me douter que quelque chose clochait. Mais encore une fois j'étais dans ma bulle, complètement perdue dans cette vague d'émotions, c'était complètement démesuré ce que je ressentais au fond. Je nous voyais loin, je n'imaginais que du bien, faut croire que tu m'as vite fait redescendre sur terre. Moi qui te voyais comme un ange, comme mon âme sœur, celui qui faisait battre mon cœur, tu t'es montré sans sentiments. Le conte de fées s'est transformé en film d'horreur, t'as fait de mes sourires des pleurs. Tu ne t'imagines même pas comme tu as changé ma vision de la vie, moi qui étais en mode "tout est beau tout est rose", j'ai compris que le noir avait bien plus sa place. Ce qui est sûr c'est que je ne me ferai plus avoir, t'as bien fait d'agir comme ça avec moi, la leçon que tu m'as infligé est à jamais gravée dans ma mémoire.

Posté par Lafemmedupatron à 20:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2017

AMOUR

  • A mon meilleur amour, je voulais juste te dire à quel point je tiens à toi, combien j'aime te voir sourire, te voir heureux.. Tu es toujours là quand j'ai besoin et ça je ne l'oublierais jamais ! Prêts à m'aider au moindre pépin des filles comme toi je n'en connaissais pas d'autres. Tu es pour moi un ami, un ami que je n'ai jamais eu quelqu'un de bien sur cette terre. Le meilleur amour que j'ai toujours voulus!!! <3 😍 😜😘😃

    1395217_1481003745521260_231722767414366732_n

Posté par Lafemmedupatron à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mon tout

Un petit ami, ce n'est pas simplement un amour. C'est mon TOUT de cœur, avec toi je partage des moments inoubliables, parfait...

Sans toi je ne serai rien. Je t'aime 

  • 10635710_1486054018349566_3290174937034381613_n

Posté par Lafemmedupatron à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]